RECHERCHES sur la NATURE et les CAUSES de la RICHESSE des NATIONS par Adam SMITH

RECHERCHES sur la NATURE et les CAUSES de la RICHESSE des NATIONS

Titre de livre: RECHERCHES sur la NATURE et les CAUSES de la RICHESSE des NATIONS

Auteur: Adam SMITH


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Adam SMITH avec RECHERCHES sur la NATURE et les CAUSES de la RICHESSE des NATIONS

Commentaire: la Richesse des nations, est le plus célèbre ouvrage d’Adam Smith. Publié en 1776, c’est le premier livre moderne d’économie. La Richesse des nations reste à ce jour un des ouvrages les plus importants de cette discipline. Il est le document fondateur de la théorie classique en économie et, selon certains, du libéralisme économique.
Extrait:
" L'accroissement de l'habileté dans l'ouvrier augmente la quantité d'ouvrage qu'il peut accomplir, et la division du travail, en réduisant la tâche de chaque homme à quelque opération très-simple et en faisant de cette opération la seule occupation de sa vie, lui fait acquérir nécessairement une très-grande dextérité. lin forgeron ordinaire qui, bien qu'habitué à manier le marteau, n'a cependant jamais été dans l'usage de faire des clous, s'il est obligé par hasard de s'essayer à en faire, viendra très difficile ment à bout d'en faire deux ou trois cents dans sa journée; encore seront-ils fort mauvais. Un forgeron qui aura été accoutumé à en faire, mais qui n'en aura pas fait son unique métier, aura peine, avec la plus grande. diligence, à en four- nir dans un jour plus de huit cents ou d'un millier. Or, j'ai vu des jeunes gens au- dessous de vingt ans, n'ayant jamais exercé d'autre métier que celui de faire des clous, qui, lorsqu'ils étaient en train, pouvaient fournir chacun plus de deux mille trois cents clous par jour. Toutefois la façon d'un clou n'est pas une des opérations les plus simples. La même personne fait aller les soufflets, attise ou dispose le feu quand il en est besoin, chauffe le fer et forge chaque partie du clou. En forgeant la tête, il faut qu'elle change d'outils. Les différentes opérations dans lesquelles se subdivise la façon d'une épingle ou d'un bouton de métal sont toutes beaucoup plus simples, et la dextérité d'une personne qui n'a pas eu dans sa vie d'autres occupations que celles-là, est ordinairement beaucoup plus grande. La rapidité avec laquelle quelques-unes de ces opérations s'exécutent dans les fabriques, passe tout ce qu'on pourrait imaginer; et ceux qui n'en ont pas été témoins ne sauraient croire que la main de l'homme fût capable d'acquérir autant d'agilité."